Aujourd’hui, j’ai reçu un bouquin qui a fait le tour des libraires avec des « oh, « ah, « wouah » : « La Maison de Lulu » de Phyllis Root illustré par Delphine Durand chez Père Castor Flammarion. L’histoire est toute bête : Lulu et son chat sont bien pépères dans leur petite maison mais à chaque fois un voisin, un ami, une famille ours et Cie viennent squatter et la maison s’agrandit au fur et à mesure et devient vite de bric et de broc, toute brinquebalante (on pense aux architectures d’Hundertwasser). Ca grouille, ça fourmille de petits détails dans un joyeux bazar coloré. Delphine Durand nous avait déjà montré ses trésors d’imagination dans «Ma maison» aux Editions du Rouergue (à la grande époque où le Rouergue révolutionnait l’illustration jeunesse). Cette maison-ci, c’est la version grand luxe avec 70 (70 !) fenêtres à ouvrir, un pop-up final beau comme un final de feu d’artifice et une petite maison où on peut même regarder dedans (j’étais comme une gamine, en pmaison1leine régression, ce qui fait du bien ma foi !).       
maison_lulu2