larmesCa ne vous arrive pas, quand vous n'avez pas pleuré depuis longtemps, de vous dire que votre barrage intérieur de larmes non-pleurées frise la rupture de digue. Que pour un rien, un sourire de la petite, un coucou de la grande sur le manège, une réflexion un peu sèche ou une roue de pousette qui se coince contre le trottoir, et hop, vos yeux s'embuent. Généralement, quand j'en suis à ce constat, je purge le barrage en regardant un bon truc tire-larmes. Et une fois les yeux bien gonflés et les joues sèches, je me peux me reconstituer mon stock de larmes non-versées. Dans le palmares de mes plus grandes chialouseries télévisuelles : la fin de "Dancer in the dark", la mort de Mark Green dans "Urgences" et la fin de "La liste de Schindler".
Vous avez d'autres suggestions de films "grandes-eaux" ? Mes glandes lacrymales vous disent merci d'avance.

Edit : Bande de chouineuses ! L'industrie du Kleenex a de beaux jours devant elle :-)

Edit du lendemain : c'est le matin, je bois mon thé en lisant vos commentaires et je le sale avec mes larmes, m'essuie avec ma manche de tee-schirt. Mon réservoir devait être bien plein parce qu'avec l'évocation de tous vos films, vous l'avez fait céder. J'avais oublié "le Tombeau des lucioles" (et la petite voix d'enfant dans la salle qui demandait à sa mère "elle dort la p'tite fille ?") et surtout "Ma vie sans moi" (qui traduit ma plus grande peur : ne jamais voir grandir mes filles : cette scène où elle enregistre des cassettes pour leurs anniversaires futurs...). Bon là, c'est les gros hoquets, je vais me moucher un coup...