- Des scooters, partout partout qui ont l'air de rouler de manière anarchique mais non, tout se fait en bonne intelligence.
- Des offrandes partout (petit récipient en végétal dans lequel sont disposés des pétales de fleurs, du riz, quelque chose de sucré et de l'encens) disposés sur les lieux de travail (dans le taxi, devant la chambre d'hôtel, devant l'échoppe, à l'avant du scooter, sur le petit autel de la rizière...), statues, temples, maisons...
- Être en maillot sur la plage et la nuit tombe à 18h30. Avoir l'impression d'être en hiver sauf qu'il fait 28 degrés.
- Entendre le "pow pow" du ferry pour Lombok et trouver ça émouvant.
- La nuit, entendre des bruits d'animaux "so" exotiques : gecko, oiseau, cigale (même le chant du coq a une autre saveur ici)...
- Laisser les filles s'amuser avec le chauffeur de taxi pendant que nous marchons sur la plage noire de Kusamba à la recherche de salines.
- Admirer les filles se faire des terrains de jeux de tout ce qui leur tombe sous la main.
- Croiser des sourires, des sourires et encore des sourires : c'est ce qui me fera le plus regretter de partir.
- La "légende" comme quoi les balinais aiment les petits enfants est plus que vérifiée : avec sa peau très blanche, ses yeux très bleus et son caractère plus que sociable, Louison est une attraction (qui a été bisoutée, papouillée, tripotée, portée, photographiée) et pour passer la barrière de langage, les enfants, il n'y a pas mieux ! Adl était déjà trop âgée pour recevoir cet engouement (le seul câlin qu'elle ait reçu venait d'un pépé édenté qui (je cite) lui a fait des"prouts de joue" et elle a été un peu traumatisée.
- Un vieille dame me demande si mes enfants sont des filles ou des garçons et hop, de vérifier elle-même : elle tâte l'entrejambe de Louison ("ah, girl !").
- Ah s'endormir avec le bruit des vagues ! Ah se réveiller avec le bruit des moustiques (ils se sont régalés les salauds : 67 boutons pour adl !).
- Dans des paniers sur le bord des routes, des coqs, souvent dressés pour le combat. Sinon des poules et des poussins partout partout (sur la plage, dans les villes, dans les arbres, dans les chemins creux des rizières...).
- Nager dans les grosses vagues, regarder sous l'eau avec masque et sans tuba et perdre son souffle.
- Ai vu une sorte de très très gros lézard, presque un varan, partir dans les fourrés.
- Ai entendu des joueurs de gamelan dans la rue (sorte de xylophone, instrument qui a été pour Tony le premier déclencheur de l'envie de venir à Bali) alors que l'on prend le petit déj'.
- Premières pluies. Impression de tropiques : c'est soudain, c'est dru, c'est chaud !
- Des cérémonies partout et tout le temps avec toujours ces gens en tenues colorées et immaculées.

bali1
bali2
bali3
bali4
bali5
bali6