- Le client qui sent très très très mauvais est de retour. Aujourd'hui je ne l'ai pas vu mais j'ai senti qu'il était passé.
- Notre kleptomane fou est revenu lui aussi. Son aplomb et son culot nous font osciller entre le découragement et l'admiration (relative l'admiration quand il nous tire pour 188 euros de bouquins à chaque passage !).
- L'autre jour une cliente m'a appelée Wonderful Katell et mon ego a fait des galipettes !
- L'autre jour j'ai chanté "une souris verte" pour montrer par l'exemple à une dame espagnole ce qu'était une comptine.
- L'autre jour une cliente m'a demandé si le bébé qu'elle portait en écharpe dans son dos s'était endormi. Oui, il dormait.
- Après 1 mois de disette éditoriale, enfin le retour des nouveautés : mélange d'excitation et déjà l'envie de tout lire et la frustration de ne pas pouvoir.
- Une des lampes de mon rayon grésille depuis 3 jours et ça me rend folle.
- J'ai reçu ma première commande Noël la semaine du 15 août. Toujours aussi vertigineux.
- Je suis toujours émue-charmée quand de grands ados dadais s'extasient sur les livres "oh je l'avais quand j'étais petit" "ah, j'adorais cette série quand j'avais 8 ans" ou se lancent dans des parties endiablées de "Où est charlie ?". Dans la même veine, un petit gamin de 4 ans environ qui dit à sa mère "oh j'avais ce livre quand j'étais jeune".
- Une dame a demandé à se faire rembourser les livres qu'elle venait d'acheter 5 mn plus tôt car ses enfants avaient été odieux et ne méritaient pas leurs livres.
- Adl a fait pour mon rayon un coup de coeur sur "Tobie Lolness" que j'affiche, fière comme un pou. C'est le "coup de coeur de la fille de la libraire". Des fois, le soir quand je parle de certaines requêtes de clients, elle me dit "tu aurais pu conseiller ça ou ça". Libraire de mère en fille ? Ce métier existera-t-il encore quand elle sera adulte ?
- Je vous avais parlé du petit oiseau qui avait réussi à rentrer dans le magasin ? Ca a été le fil rouge de toute une journée, on le retrouvait de rayon en rayon puis il a grimpé les étages jusqu'à partager sa pause avec moi (enfin, pour moi, c'était une pause, pour lui je ne sais pas). Je lui parlais et avec le recul je me sentais un peu bête. Il a fini par partir par les fenêtres du stock.

Photo qui n'a rien à voir prise hier dans la forêt.

arbre