J'aime qu'on me raconte des histoires, j'aime quand la grande avec un grand H et les petites plus anecdotiques, se recoupent, j'aime apprendre des choses l'air de rien. "La déesse des petites victoires" regroupe tout ça. On y suit Anna, documentaliste un peu falote essayant de soutirer des documents à Adèle Gödel, veuve du génial et torturé Kurt Gödel (inconnu de moi avant de commencer ce livre), mathématicien autrichien exilé à Princeton, USA. On y suit en alternance les rencontres entre les deux femmes, la vieille teigne qui a morflé par amour et la jeune femme qui passe à côté de sa vie, et une peinture du XXe siècle entre le Vienne de la grande époque, l'Anchluss, la fuite vers les Etats-Unis, le maccarthysme, la vie universitaire, la solitude de l'exil, la folie du génie... Ça se dévore et pas besoin de connaître le théorème d'incomplétude pour apprécier ce parcours de vie(s).
"La déesse des petites victoires" de Yannick Grannec - Anne Carrière.

2012-08-26_0001