Je ne chronique pas toutes mes lectures car certaines sont dispensables ou vite oubliées. Et puis, il y a celles qui s'accrochent, celles qui hantent, celles auxquelles je repense souvent. "Tijuana straits" fait partie de ces lectures qui marquent. C'est un roman noir, très noir qui parle de la frontière chaud-bouillante entre le Mexique et les Etats-Unis, cette espèce de langue de terre sans foi ni loi, si ce n'est celle du plus fort, du plus barré, du plus désespéré. On y suit, Sam ancien surfer, ancien dealer, reconverti dans l'élevage de vers de terre et Magdalena, sorte de madone pasionaria qui veut faire tomber les patrons des usines américaines qui viennent en toute impunité empoisonner la population mexicaine frontalière. On voit toutes ses vies abîmées, un peu gâchées qui vont essayer de se porter l'une l'autre, des méchants vraiment méchants (la drogue bon marché vous troue le cerveau en moins de deux) et LA vague, une sorte de Graal.

2013-03-01_0001

"Tijuana Straits" de Kem Nunn (traduit de l'américain par Natalie Zimmermann) - 10/18

Et si vous voulez lire d'autres polars sur cette frontière, lisez les romans de Gabriel Trujillo-Muñoz ou "Clandestin" de Philip Caputo. Noirceur garantie !