Quelques coups de coeur BD de ce début d'année.

"Pelote dans la fumée - l'été, l'automne - t.1" de Miroslav Sekulic-Struja - traduit du croate par Aleksandar Grujicic- Actes Sud Bd.
Mon coup de coeur et mon agréable surprise. J'aime qu'un livre me surprenne, se détache des autres, soit singulier, surtout dans un univers comme la BD qui est assez codé. Bref, cette bd d'un jeune croate autodidacte a un graphisme atypique, entre art naïf et expressionnisme. Il y flotte une ambiance un peu à la Kusturica. On y suit un groupe d'orphelins, des petites frappes, des gens modestes, un peu vilains, un peu méchants, un peu tendres aussi, sous forme de petites touches pointillistes du quotidien.

Pelote-dans-la-fumee-Sekulic

"Le muret" de Pierre Bailly & Céline Fraipont - Casterman
Les deux auteurs sont les parents de "Petit Poilu" (bd loufoque et colorée sans texte pour les petits) et ils livrent ici le contre-pied le plus total : une bd noir et blanc sur le mal-être et les errements adolescents. J'ai eu l'impression de retrouver une ambiance à la Pialat (je me rends compte que j'associe souvent bd et cinéma, tiens) qui sait si bien filmer les ados. Rosie, 13 ans, se retrouve livrée à elle-même suite à un concours de circonstances. Elle va dériver doucement jusqu'à s'échouer sur Jo, un garçon bien, à peine plus vieux qu'elle, qui vit seul lui aussi. C'est tendre, mélancolique et bien vu sur cette période où on (se) cherche, à exister, à être compris, sans se comprendre très bien sois-même.

le muret

"Vois comme ton ombre s'allonge" de Gipi - Futuropolis
Ah, Gipi ! j'aime cet auteur, ses gueules tordues, ses personnages un brin torturés. En cette année de commémoration sur la guerre de 14, il apporte sa pierre à l'édifice en entrecroisant deux destins que la guerre a rendu fous. Des allers-retours passé-présent et un champ de bataille omniprésent.

gipi