J'aime bien les héros un peu borderline, hors du moule, qui se font bouffer par les grandes gueules et les bas du front...
Deux romans ados avec des héros à la marge, deux ados intellos limite surdoués en quête de mieux.

Dans le premier, Ambrose vit avec sa mère. Son allergie aux arachides qui manque de le tuer par 2 fois, le rend si vulnérable aux yeux de sa mère, qu'elle le retire de l'école (où de toutes façons, Ambrose n'avait aucun amis). Ambrose peut être irritant avec son air de monsieur-je-sais-tout, son amour du Scrabble et son pantalon en velours violet. Mais il est aussi terriblement attachant et surtout il ne juge pas les gens sur leur apparence (ce serait l'hopital qui se fout de la charité) ce qui lui ouvre les portes d'amitiés improbables (un ancien taulard, une grosse dondon rose bonbon, une mama grecque qui cuisine (sans cacahuètes) comme personne).
C'est par l'auteur de "Dear Georges Clooney, tu veux pas épouser ma mère ?"
"Moi Ambrose roi du Scrabble" de Susin Nielsen (traduction de Valérie LePlouhinec) - Hélium. à partir de 12-13 ans

2012-05-13_0001

Pour le second, je vous en conjure, faites abstraction de la couverture qui est à chier, je pèse mes mots, et qui ne reflète pas du tout le contenu ! Si Nick Hornby avait écrit pour ado, ça aurait pu donner ça. Un roman très "film de Sundance à la Juno" : des anti-héros atypiques, très attachants, un road movie entre deux potes (un surdoué fraîchement largué par sa 19e Katherine et qui essaie d'élaborer un théorème pour calculer quand comment et avec quelle probabilité il se fera à nouveau larguer & Hassan, musulman gras du bide au sens de la répartie imbattable et à l'avenir plus que flou), un village trou du cul des Etats-Unis où vit une chouette petite communauté. C'est très bien écrit, quelques phrases à noter, des répliques qui fusent, des scènes très visuelles. Viva John Green, j'ai adoré !
"Le théorème des Katherine" de John Green (traduit par Catherine Gibert) - Nathan - à partir de 14 ans.

katherine