Je voulais lire le livre avant de voir la série. Une vraie dystopie (écrite 20 ans avant l'avénement du genre) sur la régression des droits des femmes, sur l'anihilement de toute volonté de penser, réfléchir, désirer, choisir. On y suit Defred, servante écarlate, mise en service d'un couple, celui du Commandant et de son Épouse, pour ses seules capacités reproductrices, à l'heure où la fécondité est au plus bas et les enfants-nés souvent non viables. La société devenue plus que puritaine et ultra religieuse (on est tellement au-delà !) lui a volé son nom, son mode de vie, son mari, sa fille pour n'en faire qu'un calice comme elle dit. Elle oscille entre penser à son passé pour se dire qu'elle n'est pas folle et qu'il a bien existé et oublier son passé pour ne pas devenir folle en pensant à ce qu'elle a perdu. L'espoir peut conduire à sa perte.
Je ne sais pas trop comment comprendre la fin. Pour celles qui l'ont lu, je suis preneuse d'analyses.
"La servante écarlate" de Margaret Atwood - traduit de l'américain par Sylvianne Rue - Robert Laffont

servante écarlate

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer